PORTRAIT : Le Gorille Joueur

PORTRAIT

Le Gorille Joueur

Gwenn Weber & Laurie Praud

Gorille joueur

« Le Gorille Joueur c’est un café ludothèque ambulant qui intervient sur toute l’Ille-et-Vilaine. Nous proposons des animations autour du jeu sur journée ou demi-journée.

Nous nous adressons à des structures accueillant des personnes en situation de handicap, aux communes et au secteur de la petite enfance.

Le tout agrémenté d’une pause sucrée et conviviale en fin de journée, parce que parler, rire et manger, c’est la vie !! »

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours jusqu’à ta décision d’entreprendre ? 

Gwenn : J’aime apprendre. J’ai fait des études d’ingénieur process car c’était des maths et de la chimie et j’adore ça 🙂 mais le métier d’ingénieur ne correspondait pas à ce que je voulais… J’ai donc souhaité continuer d’apprendre (oui c’est possible il restait de la place dans ma tête !) et je me suis embarquée dans un master en management de projet d’innovation et entrepreneuriat. J’ai ensuite été embauchée dans une structure parapublique qui accompagne les entreprises agroalimentaires dans leurs projets et stratégies d’innovation. Lorsque Laurie m’a parlé de son projet autour du jeu et du handicap, en plus de partager la passion du jeu et de l’interaction avec les autres, je me suis dit que c’était l’occasion idéale pour enfin se jeter à l’eau et ne plus seulement accompagner les autres mais expérimenter par moi-même la création !!

 

Laurie : Je suis dans l’animation depuis de nombreuses années maintenant et j’avais besoin de mélanger toutes mes expériences et mes frustrations pour créer un projet qui puisse combler les manques que j’ai pu identifier au fur et à mesure. Et puis l’envie d’entreprendre à plusieurs, avec notamment une des personnes avec laquelle je m’amuse le plus et avec laquelle je partage toutes mes valeurs ! Pouvoir me dire que mon travail c’est de jouer toute la journée avec différentes personnes pour leur permettre de se sentir mieux, tout en profitant d’un petit goûter, c’est plutôt pas mal !

Qu’est-ce que c’est pour toi être entrepreneur ? 

Inventer, phosphorer, focaliser, verbaliser pour se faire comprendre, mettre la forme, investir pour démarrer et puis boucler sa ceinture et c’est parti !

Quel(s) impact(s) cherches-tu à créer au travers de ton activité ? 

Offrir une alternative de divertissement à ceux qui n’en bénéficient pas ou peu, notamment ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir interagir facilement avec les autres (personnes en situation de handicap, seniors, personnes incarcérées, habitants des communes n’ayant pas de médiathèque ou ludothèque, …). 

Le Gorille Joueur propose le jeu et la pause sucrée avant tout pour créer du lien, rire et s’amuser en toute convivialité 🙂 Arriver à formaliser le projet, monter la structure, la faire vivre et créer des emplois dans le domaine de l’ESS serait une fierté 🙂

Comment l’accompagnement d’EnZHyme t’aide-t-il dans ton aventure entrepreneuriale ?

MOTIVATION !! On a beau être persuadées que le projet est génial, on a beau être deux, c’est compliqué d’avancer sans un cadre extérieur qui fixe des échéances surtout quand on conserve une activité à côté.

METHODE et OUTILS !! J’ai beau accompagner des entreprises sur leurs projets d’innovation, lorsqu’il s’agit de créer son entreprise c’est complètement différent et nouveau. Sans les formations collectives, l’accompagnement individuel et le rythme offert par EnZHyme, nous n’aurions pas réussi à structurer notre projet et aller aussi rapidement que nous le souhaitions. 

COLLECTIF ! la diversité des projets accompagnés et le fait de nous réunir tous ensemble plusieurs fois par mois nous donne envie de revenir 😉 et puis de coconstruire avec les autres, avoir le retour des co-incubés est précieux !!

Un mot pour ceux qui hésitent à se lancer ? 

Que vous souhaitiez cadrer ou formaliser votre idée, accélérez votre projet, vous motiver en travaillant à plusieurs c’est la bonne adresse !

Et puis si votre projet ne marche pas au final vous vous serez fait pas mal de copains et vous aurez appris plein de choses, donc finalement on est gagnant sur tous les tableaux ! Mieux vaut avoir des remords que des regrets !

PORTRAIT : Jacques-Antoine Maudet

PORTRAIT

Jacques-Antoine Maudet

okDSC_0404

 

« A.CROC »  est d’abord une conserverie artisanale dédiée au végétal, à travers notamment l’élaboration de condiments acidulés et croquants « Scrunch »: pickles et légumes lacto-fermentés, dans une démarche éco-responsable (circuit_court, AB, gestion des déchets…). 

C’est aussi un outil collaboratif pour la création de produits et de marques en partenariat avec des entreprises innovantes du secteur sur la région Bretagne (collaboration Sea Val Water). 

C’est un enfin un espace de transmission et d’échange avec des ateliers de cuisine autour du végétal, de l’alimentation vivante et de la fermentation naturelle des aliments

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours jusqu’à ta décision d’entreprendre ? 

Des études générales et un parcours universitaire m’ont amené à travailler dans le domaine des langues, du livre et des bibliothèques, à l’étranger notamment. J’ai changé de carrière en chemin et me suis formé au métier de cuisinier vers 30 ans. Cela m’a amené en Bretagne, sur la côte d’Emeraude, où je travaille depuis 10 ans dans une belle maison de la gastronomie française. Ma décision d’entreprendre est la suite logique pour moi, un nouveau défi à relever et le besoin d’accomplir des choses par moi-même et en accord avec mes convictions.

Qu’est-ce que c’est pour toi être entrepreneur ? 

C’est une forme d’autonomie et d’indépendance très attirante et très exigeante, c’est pas mal de responsabilités. Il faut avoir un minimum de connaissance et compétences dans des domaines divers (en plus de celles nécessaires à l’activité envisagée) : financier, marketing/ commercial, communication notamment. C’est la possibilité d’imaginer et de créer.

Quel(s) impact(s) cherches-tu à créer au travers de ton activité ? 

J’aimerais pouvoir proposer des produits bons, sains, et « funs » dans une démarche de développement durable : locavore, AB, circuits courts, compostage, choix des énergies, etc. 

Il y a un vrai intérêt du public pour les enjeux liés à l’alimentation en matière d’environnement, de choix de société, d’économie, de santé… Le lien avec l’agriculture est fondamental. C’est quelque chose qui me tient à cœur car j’ai grandi dans le milieu agricole, et nourrir les autres est mon métier. 

J’aimerais rendre plus attractive la fermentation naturelle qui, au contraire des techniques « classiques » de conservation/transformation des aliments ne détruit pas les qualités nutritionnelles, mais au contraire les enrichit, tout en amenant des saveurs et textures plus riches et complexes .

Comment l’accompagnement d’EnZHyme t’aide-t-il dans ton aventure entrepreneuriale ?

Je suis arrivé ici un peu par hasard, parce que je cherchais un atelier pour fabriquer mes produits. C’est en visitant le CETA que j’ai connu EnZHyme. Je n’avais pas d’attente particulière, c’était tout bonus pour moi d’être accepté pour l’accompagnement. 

Avec du recul, je ne sais pas si j’aurais été aussi loin dans ma démarche d’entreprise, en tout cas pas à ce rythme. Ça m’aide à structurer mon projet, c’est un moteur pour avancer et ça permet d’éviter les écueils et de franchir les obstacles. 

Ce que j’apprécie beaucoup, c’est la dimension collective, ce qui est assez étonnant pour moi car je suis plutôt un solitaire à la base. Les projets de mes collègues m’inspirent et j’apprends aussi de leur démarche. Je pense même travailler sur un projet de co-conception de produits avec l’un d’eux. La mise en réseau à travers l’incubateur, que ce soit avec les autres porteurs de projet, les accompagnateurs ou les intervenants, c’est ce qu’il y a de plus précieux de mon point de vue.

Un mot pour ceux qui hésitent à se lancer ? 

Il est naturel d’avoir des doutes ou de se poser des questions quand on veut se lancer dans un projet de création d’entreprise, chaque entrepreneur passe par là, j’imagine. Raison de plus pour se faire accompagner. Avec Enzhyme, on est loin du côté « tech » auquel on peut spontanément associer un incubateur. Les projets et profils des porteurs sont très différents, ce qui fait la force du réseau. On s’y sent bien.

PORTRAIT : Lucille Devrand

PORTRAIT

Lucille Devrand

« Mon activité est de créer une brasserie de production de Kombucha et de revendre cette boisson localement dans le secteur de la RHF (restauration hors foyer) : elle sera revendue dans les bars, les restaurants, lieux culturels, festivals et concerts. Le kombucha est une boisson fermentée à base de thé sucré que l’on aromatise avec des fruits, plantes et épices. La fermentation rend cette boisson gazeuse, au goût acidulé. Elle a la particularité d’être excellente pour la santé, car elle est riche en microorganismes et donc favorise le micro biote.« 

_G4A5364

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours jusqu’à ta décision d’entreprendre ? 

Diplômée en 2014 de l’ESC Rennes School of Business, je suis partie vivre 5 années à Paris pour travailler en tant qu’acheteuse en e-commerce dans le secteur du mobilier haut de gamme. Puis, je suis revenue vivre à Rennes en juillet 2019 pour un poste de commerciale dans le secteur de la santé. 

Ces expériences m’ont appris beaucoup de choses sur le monde de l’entreprise et des secteurs d’activités différents. Cela m’a apporté beaucoup de compétences complémentaires : achats, logistique, managériales, commerciales… 

Néanmoins, je désirais trouver du sens à ce que je faisais quotidiennement et mon besoin de créer de mes propres mains a pris le dessus. C’est alors que j’ai découvert les bienfaits de cette boisson encore peu connue dans la région. Le projet a démarré de cette manière.

Qu’est-ce que c’est pour toi être entrepreneur ? 

Selon moi, être entrepreneur c’est avant tout oser. Oser prendre en main un projet, qu’il soit professionnel ou personnel. Il faut écouter ses envies et mettre en place des actions qui permettent d’aboutir à la finalité du projet. Entreprendre, c’est avancer vers ce qui nous aspire en prenant en compte tous les aspects environnants. Le désir d’entreprendre est un désir de ne pas vivre dans les pompes d’un autre et découvrir qui on est vraiment.

Quel(s) impact(s) cherches-tu à créer au travers de ton activité ? 

Au travers de mon activité, je cherche à montrer que nous sommes capables de modifier nos habitudes de consommation vers une consommation raisonnée, stable et durable. Nous sommes dans une période où nous devons œuvrer vers un retour au vrai, au local, à l’authenticité et de manière responsable et éthique. 

Mon activité a pour but de rassembler tous les acteurs autour d’un produit sain, bon en goût et bon pour la santé. Les acteurs sont tout autant les producteurs de matières premières, de fruits locaux que je vais utiliser pour mes aromatisations, les différents partenaires rennais, mes clients professionnels (barmans, restaurateurs) et les consommateurs finaux. 

Je souhaite que chacun prenne conscience qu’on peut et qu’on doit se faire du bien à soi-même et à la planète. Cela est possible, à commencer par la boisson que nous buvons à tout moment de la journée : le matin au petit-déjeuner, le midi et l’après-midi pour se rafraîchir et à l’heure de l’apéro pour un cocktail acidulé.

Comment l’accompagnement d’EnZHyme t’aide-t-il dans ton aventure entrepreneuriale ?

EnZHyme m’est d’une grande aide pour structurer mon aventure entrepreneuriale. Au début du projet, on a le sentiment qu’on a une montagne à gravir sans connaître toutes les étapes et les quelques difficultés que l’on va rencontrer. Cela donne un côté anxiogène à l’aventure qu’on débute. EnZhyme donne les outils qui permettent de les franchir de manière sereine et sécurisée. Je remercie EnZHyme pour son accompagnement avec des intervenants de qualité, l’écoute et le partage d’expériences. Les formations sont organisées dans le temps de manière très logique et dans une bienveillance absolue. Chaque formation laisse place à de l’introspection personnelle et des échanges avec les autres entrepreneurs. Elles nous permettent de nous nourrir des idées de chacun et nous portent jusqu’à la concrétisation.

Un mot pour ceux qui hésitent à se lancer ? 

Foncez ! Vous ne regretterez jamais d’avoir essayé. Le seul risque que vous prenez, c’est que ça marche !!

PORTRAIT : Hélène Bobille

PORTRAIT

Hélène Bobille

« Je conçois une pépinière d’arbres et arbustes fruitiers bio. Les arbres sont multipliés et cultivés par mes soins dans le respect du vivant. Je propose une grande diversité de variétés anciennes et localement sélectionnées afin que les arbres soient plus rustiques et bien adaptés à leur nouvel environnement. Je mets également en place un accompagnement du client dans le choix de l’arbre et des formations pour devenir autonome dans la production de fruits. »

_G4A5383

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours jusqu’à ta décision d’entreprendre ?

J’ai toujours été très attirée par les productions végétales et concernée par l’environnement. Mes grands-parents étaient agriculteurs, et enfant, j’ai adoré aller à la ferme et aider dans le potager. 

Diplômes en poche, j’ai travaillé 7 ans dans la recherche publique et privée, pour comprendre et appréhender les impacts du réchauffement climatique sur l’agriculture, mais je ne me sentais pas « actrice » du changement et j’étais trop loin du secteur agricole. 

J’ai donc entrepris une reconversion professionnelle pour devenir agricultrice. J’ai rencontré des pépiniéristes engagés et passionnés par les arbres fruitiers, qui m’ont donné l’envie à mon tour, d’entreprendre dans ce métier.

Qu’est-ce que c’est pour toi être entrepreneur ? 

Être entrepreneuse, c’est avant tout un désir d’indépendance. Pour cela, il faut pouvoir maîtriser toutes les facettes de l’activité que l’on souhaite créer afin qu’elle devienne rentable : savoir trouver la clientèle et comprendre ses besoins, maîtriser les coûts, trouver un équilibre financier et surtout, savoir bien s’entourer. 

Aujourd’hui, c’est aussi indispensable de créer des externalités positives qui donnent un sens à l’activité : respecter l’environnement, prendre soin de l’humain et créer du lien.

Quel(s) impact(s) cherches-tu à créer au travers de ton activité ? 

Je souhaite agir pour la postérité. Planter un arbre peut paraître anodin et pourtant, c’est un acte fort, avec des effets positifs à très long terme : abondance d’oxygène, régénération des sols, régulation de la température de l’air… Planter un arbre fruitier rustique, c’est aussi la garantie de l’abondance de fruits délicieux et nourrissants, pendant des dizaines d’années. Finalement, cela vient répondre à beaucoup de questions qui nous préoccupent actuellement !
Je souhaite aussi transmettre des savoir-faire sur la production durable d’arbres et de fruits, tout comme on me les a transmis, pour leur permettre de perdurer.

Comment l’accompagnement d’EnZHyme t’aide-t-il dans ton aventure entrepreneuriale ?

Je suis arrivée à EnZHyme avec une idée, et les sessions collectives et l’accompagnement individuel l’ont transformée en un projet viable. J’ai pu acquérir des compétences dans beaucoup de domaines indispensables à l’entreprenariat et que je ne maîtrisais pas : connaître ses valeurs, savoir les transmettre, cibler la clientèle, faire un business plan, etc. L’accompagnement d’EnZHyme m’a aussi permis d’intégrer un microcosme d’entrepreneur-se-s, source d’émulations collectives. C’est super de pouvoir échanger sur l’avancement de nos projets respectifs.

Un mot pour ceux qui hésitent à se lancer ? 

Si vous croyez fort en votre idée et dans ses impacts positifs pour la société et/ou l’environnement et que vous avez besoin d’un coup de pouce pour vous lancer dans l’entreprenariat en Ille-et-Vilaine, n’hésitez pas à vous rapprocher d’EnZHyme. Les idées/projets y sont accueillis avec bienveillance, et vous aussi ferez peut-être partie de l’aventure !

PORTRAIT : Geneviève Quélennec

PORTRAIT

Geneviève Quélennec

Fondatrice du projet MY Ker : dispositif innovant qui accompagne les adolescents et jeunes adultes porteurs de troubles de l’humeur depuis l’annonce du diagnostic jusqu’à l’orientation et l’insertion professionnelle.

_G4A5359

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours jusqu’à ta décision d’entreprendre ?

Je suis issue du secteur privé où j’ai exercé différentes fonctions de management de projets mais également été responsable de différents services au sein d’un grand groupe.

Suite à suicide d’une personne non diagnostiqué dans l’entreprise, je me suis rapprochée d’une association qui accompagnait les personnes ayant des troubles de l’humeur. J’ai accompagné près d’une trentaine de personnes afin qu’elle se réinsère dans le milieu dit ordinaire. Cette expérience en tant que bénévole puis en tant que vice- présidente de l’association m’ont amené à constater que la prise en charge des personnes pouvait être améliorée.

C’est la raison pour laquelle  j’ai repris des études en management en santé pour obtenir des compétences de directrice d’établissement en santé ou médico-social et me permettre de faire aboutir le projet MY Ker.

Qu’est-ce que c’est pour toi être entrepreneur ? 

Etre entrepreneur, c’est décider, innover, entreprendre et faire différemment en fonction de ses valeurs et ses compétences

Quel(s) impact(s) cherches-tu à créer au travers de ton activité ? 

Je recherche à travers ce projet, à fédérer des partenaires, des aidants, des associations, des chercheurs  pour unir nos forces en vue d’une prise en charge globale des jeunes et déstigmatiser les troubles de l’humeur.

Comment l’accompagnement d’EnZHyme t’aide-t-il dans ton aventure entrepreneuriale ?

Les compétences entrepreneuriales sont diverses et variées. L’accompagnement nous permet d’approfondir les domaines tels que le marketing, l’approche commerciale, le business plan afin de réussir à basculer d’une activité salariée à celle d’un entrepreneur.

Un mot pour ceux qui hésitent à se lancer ? 

C’est une expérience enrichissante, qui nous permet de passer de l’idée à la concrétisation sur un temps suffisamment long pour franchir les étapes les unes après les autres. 

PORTRAIT : Anja Kusberg, étudiante à l’ESAM

PORTRAIT

Anja Kusberg

Étudiante en Master à l’ESAM Paris

Sans titre-1

Formation 

J’ai fait un bac ES au lycée militaire de saint Cyr, puis une année d’infirmière, à l’issue de laquelle je me suis re orientée pour commencer un nouveau cursus à l’ESAM.

Campus

Je suis sur le campus de Paris 

Alternance 

Pour mon master (4ème et 5ème année), j’ai décidé de faire une alternance chez Amundi, une entreprise de gestion d’actifs. J’ai des missions professionnelles qui ont de véritables impacts, et ça me motive énormément. 

Mes missions

Mon service a des missions variées. Je participe à la mise en place de nouveaux de contrats, l’application de nouvelles directives gouvernementales, la vérification des données client dans le contexte de la LCBFT ( lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme).

Le job de mes rêves

Un job où j’ai des responsabilités, un impact. Qui me stimule et qui me permet d’en apprendre tous les jours. 

Ma plus grande fierté

Avancer même si je ne sais pas où je vais. Toujours aller de l’avant. Ma re orientation en première année a été ma première fierté : tout lâcher pour un virage à 360 vers l’inconnu. 

Mon réseau social préféré

LinkedIn pour le côté professionnel, pour les rencontres, les parcours inspirants, la motivation. Instagram pour le côté évasion des photos de voyages 

La personnalité qui m’inspire

Justine Hutteau. Une entrepreneuse qui a lancé Respire grâce à sa communauté de coureurs. Elle est resté elle même, transparente sur son entreprise, et est motivante pour avoir une vie sportive et saine. Son motto : « your body is magic, take care of it » .

Ce qui fait ma singularité

Mon côté fonceur et mon énergie qui ne s’arrête jamais ? 

PORTRAIT : Marie Bourgoin, étudiante en alternance

PORTRAIT

Marie Bourgoin

Étudiante en Bachelor Distri Manager 

Marie

La formation Distri Manager est une formation diplômante Bac+3 d’une durée de 1 an. En partenariat avec un grand groupe de la distribution, la formation Distri Manager permet de devenir Responsable de Centre de profit en Distribution. 

Je l’ai choisie car elle est l’équilibre parfait entre formation théorique et formation Pratique. Mais surtout, tous nos formateurs sont d’anciens responsables de magasins, managers, directeurs, qui nous apprennent le métier à travers leur propre expérience.

Mon entreprise d’accueil est Le Carrefour Market Bourg L’évêque à Rennes. Mon emploi du temps est divisé de la façon suivante : 3 semaines en entreprise puis 3 semaines à l’école. Les répartitions sont faites de façon à ce que je vive les périodes importantes de l’entreprise : fêtes de fin d’année, inventaires généraux… Rien n’est laissé au hasard. 

Et je ne vais pas vous le cacher, c’est une formation très intense, mais tellement enrichissante !

The Land en 3 mots c’est : Modernité, Dynamisme et Esprit start Up.
Des locaux neufs avec de nombreux espaces de travail collectifs ou individuels.

Mes missions

Aujourd’hui sur la formation Distri Manager, mes missions sont diverses :

  • Piloter l’activité
  • Organiser et coordonner le travail.
  • Animer, mener et mobiliser les Hommes.
  • Contrôler la tenue des objectifs

Mais la mission qui me tient le plus à cœur dans le métier de Manager c’est faire grandir, à la fois soi-même et les collaborateurs…

Le job de mes rêves

Ma perspective d’avenir est de gravir les échelons pour ensuite devenir Directrice en Distribution

Ma plus grande fierté

Je suis fière de me donner les moyens de réussir mes études, afin d’avoir une vie professionnelle qui me passionne et qui me correspond.

Mon réseau social préféré

J’adore le dynamisme de LinkedIn c’est LE réseau social en complet cravate. Le but n’est pas de se faire des amis, mais des relations professionnelles, c’est un réseau indispensable !

J’aime aussi beaucoup Instagram, c’est l’album photo du 21ieme siècle, j’y poste tous mes souvenirs !

La personnalité qui m’inspire

Steve Jobs, il m’inspire le plus en matière de carrière. J’aimerai être aussi visionnaire que lui.

Ce que je préfère à The Land

Le leadership qui s’en dégage !

Ce qui fait ma singularité

Ma Curiosité est telle que je m’intéresse à toutes choses de la vie !

Mon mot de la fin : il faut essayer de faire un petit peu plus que ce dont on croit être capable !

Le chargé d’étude urbanisme des espaces agricoles/urbains de Rennes Métropole à la rencontre des BTS ACSE

Présentation

Les BTS ACSE rencontrent le chargé d'étude de Rennes Métropole

Alexandre Péan, chargé d’étude urbanisme spécialisé sur les questions de gestion des espaces agricoles/urbains à Rennes Métropole, est venu nous présenter le travail des services urbanismes.

Dans le cadre d’un module acteurs, territoires et agricultures, il a abordé le développement socio-économique du territoire et les enjeux en matière de gestion des espaces agricoles, de gouvernance et de concertation avec les différents publics. 

Les élèves ont eu de multiples questions et l’échange a été fructueux et enrichissant. Il voudrait à terme inviter les élèves lors de réunions de concertation sur des projets de développement du territoire, d’échanges parcellaires, etc… et pourquoi pas recueillir les attentes ou préoccupations de ces publics concernant l’espace agricole et urbain de demain.

Une rencontre riche à renouveler !

Visite de la jardinerie-animalerie Truffaut

Présentation

Visite d'un magasin Truffaut par les 2nd Vente en Animalerie

Vendredi 20 novembre, lors de la journée Pro « Orientation et découverte des métiers », les élèves de la classe de Seconde Pro Vente en Animalerie (filière Bac pro TCVA) ont été accueillis par M. Baron, directeur de la jardinerie-animalerie TRUFFAUT Rennes-Alma.

Visite Truffaut

Monsieur Baron leur a présenté les différents métiers existants au sein de ce magasin, du vendeur au directeur, en passant par le chef de rayon, tout en n’oubliant pas l’aspect administratif avec la comptabilité par exemple, ou encore la logistique !

De l'animalerie à la vente de plantes !

Les élèves ont ainsi pris conscience des avantages et inconvénients des métiers liés au commerce, notamment les spécificités du domaine de l’animalerie.

Cette présentation s’est déroulée en extérieur, dans le respect des gestes barrières. Les étudiants ont pu découvrir les différents rayons du magasin !

Les élèves étaient accompagnés par deux enseignants, Mme GALIANA et M. GODFROY. 

Un grand merci à M. Baron pour son expertise et sa disponibilité.

« Notre mission première est de former les professionnels de demain dans l’agriculture, l’environnement ou l’aménagement du territoire pour favoriser l’engagement en faveur du bien produire, du bien transformer et du bien consommer. En faveur du bien donc, du bien collectif. »

Découvrir le manifeste

Alain Glon et Jakez Bernard accueillent la première promotion de l’école B5 !

RENCONTRE

Jean-Marc Esnault,
Alain Glon et Jakez Bernard accueillent la première promotion de l’école B5 !

Première rentrée pour l’école B5 avec une première journée de lancement par Jean-Marc Esnault, DG de The land, Alain Glon et Jakez Bernard, ambassadeurs, qui étaient en compagnie de la première promotion de l’école B5 (photo) pour échanger sur les valeurs et les enjeux des projets.

De belles rencontres riches en échanges !